Le jardin des sons à Pélussin


Une curiosité à visiter : le jardin des sons, à Pélussin. Un agréable moment de détente, de découverte et de calme. La visite est libre : on se promène et on découvre les installations étranges du parc musical de Pélussin : tubes résonnants, orgues éoliennes, bois habités, voiles sonores, etc.

Le jardin des sons de Pélussin


Le jardin des sons est installé dans le parc Gaston Baty, à Pélussin. Gaston Baty, homme de théâtre, auteur, écrivain a vécu et est inhumé à Pélussin. Sa maison, restaurée, est maintenant entourée d'un jardin public pas comme les autres : le jardin des sons ou parc musical.
Attention ! les installations sonores ne sont plus en service. Renseignez-vous auprès de l'office du tourisme avant de prévoir votre visite.


Le jardin est parsemé d'installations sonores et objets musicaux de toutes sortes. Une promenade qui vous fera passer un agréable moment de détente et de calme et, pour les enfants, l'occasion de redécouvrir les sons naturels dans un lieu interactif, ludique et pédagogique.

La visite est libre : on se promène et on découvre les installations étranges du parc musical : tubes résonnants, orgues éoliennes, bois habités, voiles sonores, etc.

Les installations sonores du parc sont hors de service pour le moment. Pour profiter pleinement du jardin musical, il est préférable de reporter votre visite.

Le basket.

Le panier de marquage des points est constitué d'une cage genre "volière" d'une hauteur de 3 mètres. Le dessus fait entonnoir pour favoriser le captage du ballon. Une série d'obstacles à chapeau arrondi déclenche un son typé lorsqu'ils sont touchés par le ballon.

Exemples de sons : sonnette de vélo, petit sifflet (plusieurs notes possibles), Wood blocks, ressort de carillon, pouet de trompe d?auto, bruit de lamelle (zébullon tournicoton), Meeeeuh de vache...

Les bois habités.

Des blocs, des madriers, des troncs de toutes sortes émettent des voix, des sons d?instruments, des bruits d'insectes, etc. comme si de mystérieux habitants étaient cachés dedans.

Explication : les bois ont été creusés ; de petits vibreurs sont disposés à l'intérieur. Le son est amplifié par le bois lui-même. L'émission n'est pas continue : des détecteurs, placés à la base de chaque bois, mettent le système en marche lorsque quelqu'un s'approche.

Mélangeur-générateur de bulles (les glouglous).

Un système de tuyaux et d'air comprimé produit des bulles de grosseurs variées. Lorsque celles-ci éclatent à la surface de l'eau, elles produisent un petit bruit charmant («pouic»). Suivant les diamètres des orifices, des tuyaux, les pressions appliquées, les registres sonores peuvent être variés.

Le système se met en marche automatiquement à intervalles de temps réguliers (toutes les 15 minutes environ).

La fontaine égyptienne.


Un processus musical et visuel. Le remplissage d?un tube transparent monté sur des pivots, modifie son état d?équilibre et provoque un mouvement de bascule, ce qui entraîne le vidage du tube, puis le retour à l?état initial. Ce mouvement entraînera un piston hydro-pneumatique qui déclenchera un son flûté.

Les mâts (captation d'un paysage sonore).


Des micros, placés dans un arbre, captent les sons ambiants (vent dans les feuilles, chants d'oiseau, craquements, etc.). Les sons de chaque micro sont canalisés et diffusés dans des mâts de bois équipés de haut-parleur.

Les mâts, en bois brut, d?une hauteur de 4 mètres, apportent un coté surréaliste au paysage, sans le dénaturer. Ils sont disposés autour d?un banc. L?auditeur assis pourra ainsi entendre le paysage sonore du haut d?un arbre, en quadriphonie.

Le fonctionnement se déclenche automatiquement, à intervalles de temps réguliers (environ toutes les 30 minutes).

Les orgues éoliennes.


Des résonateurs acoustiques sont suspendus entre deux platanes, à un endroit particulièrement venté du jardin.

Leurs queues les orientent en fonction du vent, et, lorsque celui-ci est suffisant, les orgues commencent à jouer. Le son produit est intermédiaire entre un bruit de vent et une note produite par un tuyau d?orgue. La taille et la forme des résonateurs (boules, cylindres, gélules...) se retrouve dans la diversité des sons produits.

Les orgues éoliennes ne fonctionnent que les jours de grand vent.

Les compositions rythmiques.


Deux barres parallèles et une boule qui descend entre ces barres et qui, en heurtant au passage les transversales, produit un rythme original.

On peut modifier le rythme produit en poussant ou en retirant chacune des barres transversales.

Plusieurs de ces systèmes, mis en parallèle, produisent des structures rythmiques complexes et imprévisibles.

Visualisation aquatique du fonctionnement d'un sifflet.


Cette installation nous permet de "voir" le son d'un sifflet. En effet, le son se traduit physiquement par des vaguelettes sur l?eau.

Les phénomènes vibratoires sont environ 1000 fois moins rapides dans l'eau que dans l'air. Les ondulations correspondant au son sont donc, non seulement rendues visibles par le système, mais en plus ralenties, ce qui nous permet de les observer facilement.

Le souffle qui fait fonctionner ce sifflet très spécial est un jet d'eau situé sous la surface. Les vibrations se traduisent alors en vaguelettes, qui sont renforcées par la forme du bassin (elliptique). Comme le sifflet est situé à l'un des foyers de l'ellipse, les vagues se rencontrent à l'autre foyer.

Les tubes résonnants.


L?eau, canalisée dans des tuyaux inclinés, chute dans un bassin, au pied des tubes résonnants qui amplifient naturellement et subtilement les clapotis.

Un pupitre de commande, composé de 4 manettes permet au public de composer avec cet instrument similaire à un orgue de 4 tuyaux.

Les voiles.


Les voiles sont les installations les plus imposantes du jardin des sons. Lorsqu'on place sa tête au foyer d'une des voiles, des phénomènes sonores bizarres se produisent :
  • Ce que l'on dit peut être entendu de très loin même si on ne parle pas fort.
  • Des bruits lointains paraissent tout proches.
  • En orientant la voile sur une paroi, on provoque des échos.
  • Il est possible d'avoir une conversation avec une autre personne située pourtant loin, au foyer d'une autre voile.

Le vortex-trompette.


Un petit bassin est agité par des jets d'eau judicieusement orientés. La combinaison des mouvements crée un petit tourbillon à la surface de l'eau ; celui-ci se creuse de plus en plus jusqu'à former un tube liquide rempli d'air ; très instable, le tube se brise bientôt en aspirant l'air sous forme de bulles descendantes, et en produisant un son comparable à celui d?un baiser très sonore...

Les voiles

On peut se parler d'un bout à l'autre du jardin

Les mâts

Captation d'un paysage sonore.

Les tubes résonnants

Des bruits d'eau amplifiés


Les installations sonores du jardin ont été conçues par Grame.