Les amants du Pilat

Dans un hameau isolé de la commune de Maclas, les époux Jean-Claude Martin, cultivateurs, vivaient en mauvaise intelligence, à tel point que l'épouse Isabelle avait délaissé son mari pour son beau-frère Antoine. Tous deux n'avaient qu'un désir : le supprimer pour vivre heureux.

L'occasion s'en présenta le soir de la foire de Pélussin. Jean-Claude Martin, qui, à son habitude, était rentré ivre, s'était endormi sur son lit... Les deux complices eurent alors l'idée diabolique de le "saigner comme un cochon !" Antoine mania le couteau et Isabelle recueillit le sang dans le seau destiné à cet usage.

La maison des tresses et lacets


L'industrie textile fut, à une époque, particulièrement développée dans le Pilat. L'eau du Pilat a grandement favorisé cette industrie de deux façons : sa faible teneur en calcaire est idéale pour nettoyer les fils, et les cours d'eau du Pilat parfaits pour entraîner les machines.

Les anciens ateliers ont depuis été démolis ou reconvertis en habitation mais on les repère encore assez facilement.

La fabrication de rubans étroits (tresses, galons, lacets...) est une branche particulière nommée "passementerie". Elle exige des machines spéciales. La maison des tresses et lacets vous dévoilera cette technique et l'histoire de cette industrie.

Détail de la fabrication d'une tresse

Crédit photo : Okimh67
Licence : Creative common