Les amants du Pilat

Dans un hameau isolé de la commune de Maclas, les époux Jean-Claude Martin, cultivateurs, vivaient en mauvaise intelligence, à tel point que l'épouse Isabelle avait délaissé son mari pour son beau-frère Antoine. Tous deux n'avaient qu'un désir : le supprimer pour vivre heureux.

L'occasion s'en présenta le soir de la foire de Pélussin. Jean-Claude Martin, qui, à son habitude, était rentré ivre, s'était endormi sur son lit... Les deux complices eurent alors l'idée diabolique de le "saigner comme un cochon !" Antoine mania le couteau et Isabelle recueillit le sang dans le seau destiné à cet usage.

Le moulinage


L'industrie textile a été très prolifique dans le Pilat entre le XVIe et le XXe siècle. Certaines usines s'occupaient du travail très particulier de la passementerie mais la plupart étaient des usines de moulinage.

Le moulinage est une opération qui consiste à tordre le fil de soie plusieurs fois sur lui-même. Ceci lui donne une meilleure résistance et peut également améliorer son aspect ou son moelleux.

Le moulinage nécessite de l'eau, pour entraîner les machines, mais aussi pour mouiller le fil de soie avant de le travailler. Pour cette raison, les usines s'installaient le long des cours. C'est le cas à Pélussin, dans le quartier des Rivières, où les usines sot encore visibles et en cours de restauration pour certains d'entre elles.

 

Ancienne usine de moulinage
(avril 2019)

Cette ancienne usine se trouve dans le quatier nommé "Les Rivières" à Pélussin, à peu près en dessous du grand viaduc.

Usine de moulinage à Doizieux

Usine de moulinage de la soie sur le Dorlay (à Doizieux).
Crédit photo : Creative common