Le jardin des sons à Pélussin


Une curiosité à visiter : le jardin des sons, à Pélussin. Un agréable moment de détente, de découverte et de calme. La visite est libre : on se promène et on découvre les installations étranges du parc musical de Pélussin : tubes résonnants, orgues éoliennes, bois habités, voiles sonores, etc.

Le massif du Pilat


 

Les 41 circuits présentés dans le livre :



  • Le circuit des belvédères

    Avançant comme une proue de navire vers les plaines dauphinoises, la longue crête dénudée du massif du Pilat offre d'incomparables belvédères sur la chaîne des Alpes et le Massif Central. A l'automne, par temps clair, le Mont-Blanc se détache au-dessus des brumes mauves.


  • Le crêt de l'Oeillon

    Cette longue boucle (6h00) suit les crêtes d'un vaste amphithéâtre,au centre duquel se trouve Doizieu. Dominant le circuit, la tour blanche du relais de télévision du crêt de l'Oeillon fait partir de l'environnement du Pilat.


  • Le saut du Gier

    Flanquée de son curieux clocher, La Jasserie regarde vers la lande ébouriffée du Crêt de la Perdrix, couronné de chirats. Tout proche, le saut du Gier rappelle la légende de Pilate tandis que l'eau du Gier, un instant captive, alimente aujourd'hui une belle fontaine de granite sur l'esplanade de La Jasserie.


  • Le col du Planil

    Courte et facile, voilà une balade à faire en famille. Avec de beaux panoramas sur les barrages du Pilat et sur la vallée du Gier, qui prend sa source à la Jasserie, le sentier traverse des milieux couverts de landes à genêts avant d'atteindre le col du Planil, lieu de chasse et de passage d'oiseaux migrateurs.


  • La vallée du Ban

    A une première partie, en crête et e plaine lumière, livrant de belles vues sur le sauvage versant du Gier, succède le retour vers La Valla-en-Gier dans l'étroite vallée du Ban. Le parcours, boisé après la croix du Sabot, comporte un important dénivelé.


  • La roche de la Rivoire

    Puissant contrefort où viennent s'appuyer les maisons d'Izieux, la Roche Rivoire couronnée de pinèdes lumineuses abrite dans les replis de ses pentes des hameaux couleur rouille. De beaux points de vue récompensent les efforts d'une montée soutenue.


  • Le gouffre d'enfer

    En balcon, en crête, puis dans le profond sillon du gouffre d'Enfer, le long des barrages, cet itinéraire traverse des paysages très diversifiés. Des hauteurs de Salvaris, le regard plonge dans la cuvette stéphanoise pour se reposer sur la ligne des crêts du Pilat.


  • Les Grands Bois

    Passé les Grands Bois, cette boucle au départ du Bessat traverse la "route du comte Amelot" pour redescendre sur Tarentaise en passant près de l'ancien prieuré de Prarouet. La région du Bessat est fréquentée toute l'année par les stéphanois, pour la fraîcheur des sous-bois l'été ou pour la neige en hiver.


  • Les ruines du château du Toile

    Promontoire rocheux, à mi-pente d'une profonde vallée, le Toile tourne délibérément le dos au plateau du Bessat pour regarder vers le pays du Jarez. Du château, il ne reste que le site pour en évoquer l'histoire.


  • Le circuit de la Semène

    Surveillée par le château du Bois entouré de légendes, cette balade se colore d'insolite au contact des inscriptions gravées sur la Font-Ria. Tout proche, le barrage du Sapt offre le miroir lisse de ses eaux.


  • Le tour du barrage de Cotatay

    Tracée sur le rebord du plateau, face à la vallée de l'Ondaine ou s'égrène un chapelet de villes, cette randonnée, qui alterne tronçons boisés et découverts, surprend par l'âpreté et la rudesse de ses paysages. La présence d'ajoncs trahit l'influence océanique sur la végétation de cette partie du Pilat.


  • Le circuit des passementiers

    Au départ de Jonzieux, encore animé par l'activité passementière (tissage de rubans), l'itinéraire se déroule de prairies en forêts sur un relief mollement vallonné, dans cette ambiance champêtre particulière aux hauts plateaux. Dans les lointains, les sucs du Velay se haussent à l'horizon.


  • Le Sapée

    Se promener dans le bois du Sapée, c'est faire l'école buissonnière en s'éveillant à la nature : écouter le bourdonnement des insectes, reconnaître les arbres, surprendre l'envol d'un rapace à travers les troncs...


  • Le chemin des béates

    Leurs pignons surmontés d'une cloche leur donnent un air de parenté avec des chapelles : les maisons des Béates jalonnent ce parcours dans une campagne qui fut le berceau de nombreuses vocations catholiques.


  • Le mont Chaussitre

    Le crêt de Chaussitre est de ces lieux où l'on se rend pour la qualité du panorama. Du hameau de Prélager, protégé à ses extrémités par deux belles croix de granite, le départ est déjà une invitation à l'évasion, et l'attrait des pierres Saint-Martin ajoute à cette randonnée une note mystérieuse.


  • La tourbière de Gimel

    Depuis les hauteurs de Gimel, de larges pistes dorées s'ouvrent sur l'Ardèche et le Dauphiné. Cheminant à travers des landes de genêts, on regagne Saint-Régis-du-Coin sous la fraîcheur des couverts d'épicéas.


  • La pierre des trois évêques

    Ce parcours de faible dénivelé alterne avec bonheur les paysages : passages le long des prés, en forêt où la lumière des sous-bois et les lichens teintent les troncs d'arbres de reflets orangés ou bleutés. On aborde alors les hauts plateaux pour partir à la rencontre de la mystérieuse pierre des Trois-Evêques.


  • Ladroit

    Depuis Saint-Sauveur-en-Rue, la balade traverse la très belle forêt de Taillard, composée de hêtres, d'épicéas plantés et surtout de sapins pectinés dont l'un requiert les bras de trois personnes pour en faire le tour.


  • Le sentier des ruines

    Sur de hauts plateaux, à près de 1000 mètres d'altitude, croisant des hameaux dispersés et leurs fermes de granite, ce circuit facile mène jusqu'aux ruines du donjon de Montchal. Cette place forte millénaire offre, aux confins du Vivarais, un poste de guetteur unique sur la vallée de la Déôme et le sud du massif du Pilat.


  • Le belvédère de la croix de Chirol

    Au départ de la gare désaffectée de Bourg-Argental, le sentier emprunte des tronçons de l'ancienne voie ferrée Firminy-Annonay avant de fouler la terre ardéchoise. Le croix de Chirol offre une vue sur les monts du Vivarais, du Pilat et vers la vallée de la Cance.

  • Argental

    Cette boucle, qui remonte la vallée de l'Argental jusqu'au hameau du même nom, conduit à la chapelle et aux ruines du château féodal d'Argental, surplombant les gorges du ruisseau. L'église de Bourg-Argental offre à la contemplation un portail roman richement sculpté, d'influence clunisienne.


  • Le sentier des moulins

    Au départ de La Versanne, perché au-dessus de la profonde vallée de l'Argental, cette courte et fraîche balade, idéale les jours d'été,longe les deux rives boisées du cours d'eau, dont la force alimentait autrefois plusieurs moulins.


  • Le creux du Loup

    Quittant le col de la Croix de Chaubouret, promenade du dimanche des stéphanois, le sentier s'engage dans de vastes forêts de sapins. Il traverse Thélis-la-Combe, le ruisseau de la Bétonnière encaissé dans des masses de gneiss et de micaschistes, et des clairières aux fermes isolées.


  • Le petit chemin des bois

    L'exploitation du plomb argentifère au XVIIIe siècle a laissé quelques cicatrices blanches dans les étendues vertes, au sud de Colombier. Ce court itinéraire, réalisé par les écoles du village, permet d'en observer les traces tout en parcourant bois et chemins agricoles. Ici, les prairies, les champs de pommes de terre ou de céréales témoignent du maintien de l'agriculture.


  • Le lac du Ternay

    Depuis le village de Saint-Julien-Molin-Molette, qui possède un important patrimoine architectural industriel, le sentier rejoint le barrage du Ternay , bordé de vieux cèdres. Après le col du Banchet, qui offre un regard sur Bourg-Argental, les paysages plus arides de l'Ardèche se découvrent au fil du chemin.


  • Le sentier des hauteurs

    Depuis Saint-Appolinard, à la limite sud du canton de Pélussin, le parcours gagne des versants chauds et exposés au midi. Les oiseaux aiment nicher dans ces forêts de châtaigniers, telle la fauvette orphée. Par leurs formes et leurs matériaux, les maisons traditionnelles affirment un caractère méridional.


  • La chapelle de Saint-Sabin

    Cette rapide montée à la chapelle de Saint-Sabin retrouve le chemin d'un pèlerinage toujours vivant. Les paysans qui parcouraient autrefois plus de 50 kms pour faire bénir l'herbe de Saint-sabin découvraient en haut du chemin l'un des plus beaux panoramas du Pilat.

  • Le pic des Trois-Dents

    Après un long dénivelé de 700 m, le sentier culmine au col du Gratteau à proximité de deux figures du Pilat : l'émetteur de télédiffusion de l'Oeillon et le pic des Trois-Dents dont le déboisement récent a mis en valeur l'arête rocheuse. Par les claires journées d'hiver, toute la chaîne des Alpes se découvre, depuis le Mont-Blanc jusqu'au Ventoux.


  • Les vergers du Pilat

    Connus pour leurs pommiers, les vergers du plateau pélussinois jouissent des influences méditerranéennes de la bordure est du massif du Pïlat. Depuis les chemins de halage de la rive droite du Rhône, l'itinéraire contourne le crêt de Thorée, après une brève incursion en territoire ardéchois.


  • Les gorges de l'épervier

    Siège d'une circonscription juridique et possession des comtes du Forez, au début du XIVe siècle, Malleval fût, jusqu'au transfert du baillage à Bourg-Argental en 1482, l'une des cités majeure du Forez viennois. Passé le pont des Cigales , le site de Malleval dévoile toute sa magnificence, les pierres des maisons construites au-dessus des gorges se confondant parfois avec la roche.

  • Le sentier des mouliniers

    Depuis Virieu, premier lieu de moulinage de la soie dans le pélussinois à la fin du XVIe siècle, le sentier traverse des hameaux où l'eau du plus maigre ruisseau entraînait la roue d'un atelier. Après un passage dans le village de Roisey magnifiquement restauré, les chemins nsou ramènent au milieu des vergers venus remplacer l'association traditionnelle de la polyculture et de l'élevage laitier.


  • Le sentier du Priel

    En sous-bois ou à découvert, le sentier traverse le ruisseau du Priel pour dominer les vallons au-dessus de Pélussin. Cette balade au fil de l'eau laisse apparaître les traces de l'utilisation de la force hydraulique et donne l'occasion de découvrir le jardin et l'espace muséographique de la maison du Parc.


  • Autour du Mont Ministre

    Au départ du village de Chuyer, après la vieille chapelle récemment restaurée, le sentier gagne les cols de Grenouze et de Pavezin, anciens lieux de passage entre les vallées du Rhône et du Gier. De nombreux panoramas dévoilent des horizons variés sur cette boucle qui contourne le Mont Ministre.


  • Les balcons du Rhône

    Dans un paysage agricole très ouvert, la promenade sillonne le plateau de Condrieu, bourg jadis célèbre par ses mariniers, et traverse de petit hameaux regroupés autour de puits. Premiers sommets de l'épine dorsale du Pilat, les monts Monnet et Ministre restent les repères visuels du randonneur avant de plonger vers la vallée du Rhône.


  • Corbery

    Un ancien sentier muletier remonte, le long des terrasses viticoles abandonnées, dans un de ces ravins qui entaillent les coteaux au-dessus du Rhône. Du haut du plateau, le site offre une vue plongeante sur Condrieu qui, outre son fabuleux vin blanc, possède un riche patrimoine Renaissance et les vestiges de fortifications médiévales.


  • De lônes en terrasses

    Le sentier s'élève rapidement des rives du Rhône au sommet du coteau pour offrir un large panorama sur la vallée. Il permet surtout la découverte du site protégé de l'Ile du Beurre. Aménagé pour l'observation des oiseaux et des castors, ce lieu est aussi le témoin de l'ancien régime du fleuve qui divaguait dans sa plaine alluviale, créant des bras secondaires, les lônes.


  • Le sentier des vignes

    Au coeur du vignoble de la Cote Rôtie, le parcours traverse tous les paysages du piémont rhodanien : berges du Rhône, coteaux de vergers et vallons herbeux. Dans la Côte Brune à la montée et la Côte blonde à la descente, résonne la légende du seigneur du Maugiron, qui aurait partagé le domaine entre ses deux filles, l'une brune et l'autre blonde, baptisant ainsi les deux célèbres appellations.


  • Les hauteurs de Loire-sur-Rhône

    A proximité d'un couloir rhodanien très urbanisé et de l'imposante centrale thermique surmontée de deux cheminées, le promeneur sera surpris de trouver des espaces naturels préservés.

  • De la combe d'Enfer au crêt des Moussières

    Prenant sa source près du crêt des Moussières, un ruisseau coule au fond de la combe d'Enfer et se jette dans le Gier. Avant de traverser un plateau isolé, le sentier franchit ce vallon encaissé et boisé.


  • La croix Régis

    Cette petite balade parcourt des paysages de landes, où de maigres chênes et bouleaux croissent au dessus de la fausse bruyère. Tout au bout de la chaîne qui partage le Pilat, des vues s'ouvrent sur la vallée du Rhône puis celle du Gier, après un calme sous-bois de châtaigniers.


  • Le Mont Monnet

    L'effort fourni lors es ascensions du crêt de Longes et du mont Monnet sera récompensé par le plus beau panorama sur la vallée du Rhône et le large cordon bleu de son fleuve. Ce circuit qui permet de découvrir les versants du Jarez et de la vallée du Rhône est à parcourir sous un ciel découvert.


  • Les roches de Marlin

    Village unique, installé dans l'enceinte d'une ancienne chartreuse, Sainte-Croix-en-Jarez est le point de départ de cette balade. Elle gagne la chapelle romane de Jurieux au dessus du monastère, puis la pierre du diable.


  • La chartreuse de Sainte-Croix

    Cette longue balade chemine en crête au dessus d'un paysage de collines claires et de vallons silencieux. Au crêt de Montivert couronné de forêts, le regard plonge un instant sur le versant méridional du Pilat, avec ses vergers, ses hameaux et les eaux grises du Rhône.


  • Tresses et lacets du Dorlay

    Le long du ruisseau du Dorlay puis dans l'usine-musée de La Terrasse, l'itinéraire nous fait découvrir cette vallée qui vit la naissance, aux cotés de Saint-Chamond, de l'industrie des tresses et lacets. Une balade pour se rendre compte aussi de la proximité du couloir peuplé et industriel du Gier et des liens qui l'unissent à ce versant du Pilat.


  • Le crêt de Quatregrains

    Depuis le col de Pavezin, rendez-vous cyclotouriste du Pilat, l'itinéraire suit un sentier de vélo tout-terrain sous les branches des feuillus, à travers la lande rocheuse de Quatregrains et rejoint les pierres de Château-Belize, site mystérieux chargé de légendes.


Le massif du Pilat

Éditions Chamina

Éditeur : Chamina (Clermont-Ferrand)
Parution :1998
ISBN : 290446090X