Les amants du Pilat

Dans un hameau isolé de la commune de Maclas, les époux Jean-Claude Martin, cultivateurs, vivaient en mauvaise intelligence, à tel point que l'épouse Isabelle avait délaissé son mari pour son beau-frère Antoine. Tous deux n'avaient qu'un désir : le supprimer pour vivre heureux.

L'occasion s'en présenta le soir de la foire de Pélussin. Jean-Claude Martin, qui, à son habitude, était rentré ivre, s'était endormi sur son lit... Les deux complices eurent alors l'idée diabolique de le "saigner comme un cochon !" Antoine mania le couteau et Isabelle recueillit le sang dans le seau destiné à cet usage.

Le curé du bout du monde


Un vicaire de 40 ans, Jean-Baptiste BARDEL, orphelin, sans amitié, cultivé, amoureux des belles lettres qui obtient là son premier poste en tant que responsable d'une paroisse. Clavas, 200 habitants, aux confins de 3 départements (Loire, Haute-Loire, Ardèche), sur les hauteurs du Pilat.

Pas d'électricité, des routes d'accès difficilement carrossables. Pas véritablement un bourg mais une succession de hameaux isolés. Un climat rude : pluie, vent, neige. Une petite église bien délabrée, un presbytère qui ne vaut guère mieux, sans eau courante ni sanitaire, difficile à chauffer. Des conditions matérielles très rudes, il n'y a pas de "bonne du curé" à Clavas et il n'y en aura jamais.Un prêtre qui rêve de grandes choses, riches en projet, qui lit énormément, qui écrit beaucoup...

Auteurs :Jean-Baptiste Bardel / Grégory Faure.
Éditeur : Editions du Felletin.