Les amants du Pilat

Dans un hameau isolé de la commune de Maclas, les époux Jean-Claude Martin, cultivateurs, vivaient en mauvaise intelligence, à tel point que l'épouse Isabelle avait délaissé son mari pour son beau-frère Antoine. Tous deux n'avaient qu'un désir : le supprimer pour vivre heureux.

L'occasion s'en présenta le soir de la foire de Pélussin. Jean-Claude Martin, qui, à son habitude, était rentré ivre, s'était endormi sur son lit... Les deux complices eurent alors l'idée diabolique de le "saigner comme un cochon !" Antoine mania le couteau et Isabelle recueillit le sang dans le seau destiné à cet usage.

Les vins du Pilat


Les vignobles du Pilat sont regroupés sur le versant le plus ensoleillé, face au Rhône. Depuis l'autoroute A7 ou la nationale 86, on ne peut que remarquer ces vignes qui s'accrochent à leur coteau malgré les pentes abruptes. Si abruptes que dans certains endroits, la mécanisation n'est pas possible : tout se fait à la main.
Les crus les plus réputés se situent vers Condrieu et Ampuis.
 

Quelques appellations à connaître :
  • Le Condrieu : vin blanc remarquable issu du cépage Viognier, très spécifique à la région.
  • Le Côte-Rotie : l'autre appellation célèbre de la région, cette fois ci à base de cépage Syrah.
  • Le Saint-Joseph : un peu plus au sud (Chavanay), le Saint Joseph fourni d'excellents vins à un prix abordable.
En s'éloignant du Pilat vers le sud, les crus de Côtes du Rhône ne manquent pas : Cornas, Hermitage, Saint-Péray, etc.
Tout au long de la nationale 86 (rive droite du Rhône), des caves proposent ces vins à la dégustation et à la vente (Condrieu, Ampuis, Chavanay, Saint-Pierre-de-Boeuf, Saint-Désirat, etc.).

Les vignes en coteaux

Au niveau de Condrieu, Ampuis, etc. les vignes sont particulièrement difficiles à travailler à cause de la forte pente du terrain.
Crédit photo : Jeanne Menjoulet
Licence : Creative common